Des trains sans pilote pourraient commencer à circuler dans le métro de Kazan

13
août

KAZAN, le 13 août. /Agence TASS/

Les autorités de la République du Tatarstan envisagent la possibilité d’exploiter des trains sans pilote dans le métro de Kazan. C’est ce que vient d’annoncer le président de Tatarstan Roustam Minnikhanov à la suite de la réunion avec le président de la SA Transmashholding Andrey Bokarev.

Les participants à la réunion ont parlé de la possibilité de modernisation du matériel roulant du métropolitain de Kazan et d’exploitation de trains sans pilote. L’organisation du trafic sans pilotes dans le métro de Kazan a été présentée par le Directeur exécutif de Transmashholding Andrey Romanchikov. Le trafic sans pilotes dans le métro contribue au développement de technologies à haut rendement énergétique et est axé sur les passagers alors que tout le pilotage est réalisé par voie radioélectrique.

« C’est une idée attractive. L’automatisation des processus assure un fonctionnement plus fiable. On peut réunir nos efforts pour développer et mettre en place un trafic sans pilotes », – a dit Minnikhanov.

Le président de la république a chargé de créer un groupe de travail pour étudier cette question plus en détails. Ce groupe sera composé des représentants du Ministère du transport et de voirie de la république, de l’entreprise unitaire municipale « Metroelectrotrans », du comité exécutif de la ville de Kazan et de Transmashholding.

Le métropolitain de Kazan a été inauguré en 2005 et est devenu le premier métro du pays construit après l’effondrement de l’URSS. Il est composé d’une ligne avec 11 stations. A la fin du moins d’août 2018 à Kazan a été inauguré la dernière station de la première ligne du métro qui a été appelée « Dubravnaya ». Avec cette station a été terminé la construction de la ligne Centrale. En tout, il prévu de construire quatre lignes du métro.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à nous permettre d’établir des statistiques de fréquentation ou à proposer des boutons de partage sur les réseaux sociaux. Vous pouvez vous y opposer. Comment faire